Peter Saville et <strong>le Futurisme</strong>
19.09.2018

Peter Saville et le Futurisme

Picasso avait affirmé “Les bons artistes copient, les grands artistes volent”. Prenant à la lettre cette fameuse citation du maître, Peter Saville, le designer graphique du plus fameux label de Manchester, Factory Records, qui réalise le(s) logo(s) ainsi que la quasi totalité des pochettes des débuts (Joy Division, New Order, Section 25, Durutti Column, etc…) n’a pas hésité à piocher, détourner et se réapproprier des illustrations issues du mouvement futuriste italien et russe, du constructivisme allemand (Bauhaus) ou des affiches de propagande chinoise qui inspireront également les oeuvres de l’artiste américain Shepard Fairey (Obey). 1 Sur la pochette de “Unknown Pleasures” (1979) le premier album mythique de Joy Division, il détourne en négatif l’illustration du premier pulsar identifié (CP 1919) tiré du livre “The Cambridge Encyclopedia of Astronomy” (1977) et qui marquera à jamais le style cold wave, industriel et minimaliste dans l’histoire de la musique. 2 En 1981 sur “Procession”, le premier single de de New Order, il pirate une illustration de l’artiste italien Fortunato Depero pour une revue futuriste “Dinamo Futurista” de 1933, et la décline en 9 couleurs différentes sur du carton recyclé. 3 En 1981 sur “Movement”, le 1er album de New Order, il reprend quasiment trait pour trait une affiche futuriste de Fortunato Depero pour une exposition de 1932. 4 Toujours pour New Order pour l’album “Power, Corruption and Lies” (1982), il repique sur une carte postale une reproduction d’un tableau de roses de l’artiste réaliste français Henri Fantin-Latour et pour la détourner, y ajoute sa fameuse palette de couleurs codées signifiant chacune une lettre de l’alphabet. Trés empruntée à l’artiste allemand du Bauhaus Herbert Bayer, sa palette sera également reproduite en roue colorée sur le maxi de “Blue Monday”, dont la découpe dans le carton imitera la forme d’un floppy disk. 5   6   Encore pour New Order en 1984 sur les pochettes de “Thieves Like Us” et “Murder” il détourne en version jour et en version nuit une oeuvre “métaphysique” de Giorgio de Chirico “The Evil Genius of a King” de 1914.   7   Plus d'informations: "Factory Records – The Complete Graphic Album" (Thames & Hudson)                                               Uncle O